2 toiles achetées la 3Úme à -50% - code WINTER50
PROMO D'ÉTÉ : -10% avec le code GIFT

L'histoire des Peaky blinders

DU GANG DES RUES DE BIRMINGHAM À LA SÉRIE À SUCCÈS !

Souvenez-vous, en 2013 : des affiches vintage couleur sĂ©pia de ce qui semblaient ĂȘtre des bad boys d’un autre Ăąge ont fleuri sur la toile. Plusieurs hommes, affublĂ©s d’une casquette anglaise, tous vĂȘtus d’un manteau long, ça ne vous rappelle rien ?

La diffusion de ces images visait en rĂ©alitĂ© Ă  faire la promotion de la future sĂ©rie Peaky Blinders. En effet, sur ces photos tirĂ©es des archives de la police, il s’agit de plusieurs membres d’un gang qui faisait la loi autrefois dans les rues de Birmingham – qui est aussi le lieu oĂč se dĂ©roule l’intrigue de la sĂ©rie.

Mais alors, qui sont ces personnes qui ont inspirĂ© la sĂ©rie Ă  succĂšs ? Quelle est la part de vĂ©ritĂ© dans l’histoire des Peaky Blinders ? Nous allons tenter de rĂ©pondre Ă  ces questions dans cet article.

DES HISTOIRES RACONTÉES À UN ENFANT

Steven Knight, le crĂ©ateur de la sĂ©rie, raconte dans un article publiĂ© dans le GQ Magazine que l’histoire des Peaky Blinders lui a Ă©tĂ© inspirĂ©e par diffĂ©rents Ă©lĂ©ments. Parmi ceux-ci, ce qui l’a le plus marquĂ© sont les pĂ©ripĂ©ties vĂ©cues par ses propres parents, qui lui Ă©voquaient un Birmingham «sauvage mais merveilleux».

Sa mĂšre Ă©tait une «bookies’runner» lorsqu’elle Ă©tait enfant. En effet, Ă  l’époque, les paris non officiels n’avaient rien de lĂ©gal mais les bookmakers en prenaient quand mĂȘme lors des courses de chevaux. Ils utilisaient donc des enfants pour prendre les paris, sĂ»rs que ceux-ci ne se feraient pas arrĂȘter par la police. Les personnes souhaitant parier jetaient dans le panier recouvert de linge de sa mĂšre des piĂšces enfermĂ©es dans du papier journal et elle les rapportait au bookmaker local. Le pĂšre de sa mĂšre Ă©tait un des plus gros parieurs et finissait rĂ©guliĂšrement par perdre tout son argent ; il allait se consoler au Garrison Pub (lieu emblĂ©matique de la sĂ©rie) oĂč il jouait du piano en Ă©change de quelques verres de whisky.

Quant Ă  la famille de son pĂšre, ils Ă©taient connus pour ĂȘtre de vĂ©ritables gangsters, travaillant officiellement sur les bateaux du canal de Birmingham. Son pĂšre, enfant, Ă©tait chargĂ© de porter des messages Ă  ses oncles qui Ă©taient eux-mĂȘmes associĂ©s Ă  une bande connue sous le nom de... Peaky Blinders. Une image l’a profondĂ©ment marquĂ© : celle de son pĂšre pied-nus frappant Ă  une porte et entrant dans une piĂšce sombre et emplie de fumĂ©e. Des hommes coiffĂ©s de casquette anglaise et vĂȘtus Ă©lĂ©gamment, tous armĂ©s, Ă©taient rassemblĂ©s autour d’une table oĂč de l’argent liquide Ă©tait Ă©talĂ© en masse. Une image choquante dans un quartier qui Ă©tait si pauvre Ă  l’époque.

Ces quelques anecdotes ont suffit Ă  enflammer l’imagination de Steven Knight. Bien que ses parents n’aient cessĂ© de lui rĂ©pĂ©ter Ă  quel point la vie pouvait ĂȘtre brutale et difficile dans les quartiers pauvres d’un Birmingham en pleine industrialisation, ces images sont restĂ©es gravĂ©es en lui jusqu’à ce qu’il ait la possibilitĂ© de les exploiter.

LES VÉRITABLES PEAKY BLINDERS : QUELLES DIFFÉRENCES AVEC LA SÉRIE ?

Si le pĂšre de Steven Knight a pu avoir des contacts avec ce gang, c’est qu’il existait bel et bien. Et le rĂ©alisateur n’a eu de cesse de les imaginer et de vouloir leur redonner vie Ă  travers sa sĂ©rie, en s’inspirant de personnes qui l’avaient entourĂ© dans son enfance. Cependant, il semblerait que plusieurs mythes sur les Peaky Blinders ne soient pas avĂ©rĂ©s.

«Peaky Blinder» : synonyme de danger ou d’élĂ©gance ?

Commençons par l’origine de leur nom. Le mot «peaky» dĂ©signait un type de chapeau plat Ă  visiĂšre. Mais la sĂ©rie laisse Ă  penser – et Steven Knight lui-mĂȘme semble le croire – que des lames de rasoirs Ă©taient cachĂ©es Ă  l’intĂ©rieur des casquettes des Peaky Blinders. Leur nom viendrait donc du fait qu’ils Ă©taient capables d’aveugler (= to blind) leurs ennemis grĂące Ă  cette arme dissimulĂ©e dans leur couvre-chef. Mais un historien du nom de Carl Chinn, auteur du livre «The Real Peaky Blinders», affirme que les lames de rasoir Ă©taient Ă  l’époque considĂ©rĂ©es comme un produit de luxe que ce gang n’aurait pu offrir Ă  tous ses membres. Sans parler du fait qu’une lame de rasoir cousue Ă  travers une casquette serait trĂšs peu pratique pour rĂ©ussir Ă  blesser quelqu’un. Selon l’historien, le nom «Peaky Blinders» viendrait en rĂ©alitĂ© du terme d’argot «blinder», un adjectif utilisĂ© pour qualifier une personne ou un objet Ă©lĂ©gant. Enfin, une derniĂšre hypothĂšse veut que le mot «blinder» vienne du fait que la visiĂšre empĂȘchait les gens d’apercevoir les yeux des membres du gang. La vĂ©ritĂ© quant au nom du gang demeure donc un mystĂšre.

UNE ÉPOQUE RÉVOLUE

Autre dĂ©tail qui a son importance : les Peaky Blinders ont connu leur apogĂ©e non pas dans les annĂ©es 1920, aprĂšs la guerre, mais dans les annĂ©es 1900, aprĂšs avoir dĂ©trĂŽnĂ© un autre gang une dizaine d’annĂ©es plus tĂŽt.

Comme expliquĂ© dans une vidĂ©o de «La Folle Histoire», des annĂ©es 1850 Ă  1900, Birmingham est en pleine rĂ©volution industrielle : urbanisation, Ă©mergence d’une classe ouvriĂšre trĂšs pauvre... Les habitants essaient de s’en sortir en versant dans l’illĂ©galité et les solutions ne manquent pas, entre le trucage de courses hippiques ou la vente d’armes et d’alcool.

Plusieurs bandes se crĂ©ent et commencent Ă  investir diffĂ©rents quartiers. Dans les rues de Birmingham, les gangs commencent Ă  se livrer des guerres de territoire, ce qui ne fait qu’accroĂźtre la violence dĂ©jĂ  prĂ©sente dans les bas-fonds de la ville. Les «Sloggers» (= cogneurs en anglais) rĂšgneront sur la capitale industrielle des annĂ©es 1870 aux annĂ©es 1900, sans que les autoritĂ©s ne puissent rien y faire. C’est alors qu’entrent en jeu les Peaky Blinders, originaires du quartier de Small Heath. On fait mention d’un de leur crime dans un journal le 9 avril 1890 ; c’est la premiĂšre fois qu’on entend parler d’eux. Ils vont peu Ă  peu remplacer les Sloggers en gardant les mĂȘmes mĂ©thodes que tous les gangs de l’époque : assassinats, bagarres, trafic en tout genre et utilisation d’orphelins pour faire passer des messages ; ils n’ont rien d’innocent. Ils seront eux-mĂȘmes dĂ©trĂŽnĂ©s par la suite par un autre gang, les «Birmingham Boys». Puis les gangs disparaitront peu Ă  peu, avec l’amĂ©lioration des conditions de vie et la police qui rĂ©ussira Ă  reprendre le contrĂŽle.

UNE SÉRIE QUI RESTE FIDÈLE À LA RÉALITÉ

Si aucun des personnages de la sĂ©rie n’a existĂ©, certains ont Ă©tĂ© trĂšs fortement inspirĂ©s par de vĂ©ritables personnalitĂ©s de l’époque comme Billy Kimber et Charles Sabini, tous deux ennemis jurĂ©s de Tommy dans la sĂ©rie.  De plus, la ville de Birmingham et sa pauvretĂ©, son statut de capitale industrielle mais aussi de capitale de l’alcool, des paris et de la violence ont Ă©tĂ© dĂ©peintes avec beaucoup de rĂ©alisme, bien que toutes les scĂšnes n’aient pas Ă©tĂ© tournĂ©es dans cette ville.

Ainsi, la sĂ©rie reste inspirĂ©e de faits bien rĂ©els, mĂȘme si le scĂ©nario est bien plus Ă©laborĂ© que les vĂ©ritables agissements des Peaky Blinders et que l’époque est lĂ©gĂšrement diffĂ©rente. Mais cela ne nous empĂȘche pas d’apprĂ©cier la sĂ©rie et de rester impressionnĂ© par leur lĂ©gendaire style vestimentaire !

Articles RĂ©cents

Vos questions Ă  propos des tableaux

Dans cet article, nous aborderons les questions les plus fréquemment posées à propos des tableaux, couvrant des sujets allant du street art aux conseils pratiques pour décorer votre intérieur avec...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent ĂȘtre approuvĂ©s avant d'ĂȘtre affichĂ©s.